En action

Un panier de soleil

En ce moment, une des ressources comestibles les plus abondantes chez nous, c’est le pissenlit. Contrairement à la plaine, nous avons encore des légions de fleurs. Ça tombe bien, le pissenlit, ça se mange en entier et de plein de façons.

On a essayé la Cramaillotte, ce « miel » originaire de Franche Comté où le pissenlit est d’ailleurs nommé.. cramaillot. En fait c’est donc une gelée de fleurs. Je ne reviens pas sur la recette, mais j’ajouterais bien quelques points : ce n’est pas pour rire, enlever les bractées (la partie verte qui entoure l’inflorescence) est assez long, et ça devrait être fait tout de suite après la récolte, donc se prévoir quelques heures devant soi quand même… Comme toutes les gelées, elle peut être prise sans ajout de gélifiant, juste au sucre. La plupart des recettes ajoutent des agrumes, ce qui n’est à mon avis pas très franc-comtois, mais le résultat est bon avec. Et en fait voilà le plus important : nos efforts sont bien récompensés, la mixture goûte bon, et je suis sure qu’on peut berner quelqu’un en lui racontant que c’est du miel (au goût, pas forcément à la texture).

On essaie maintenant le Vin de pissenlit, qui n’a rien à voir avec du vin sinon la fermentation : enfermer la macération des fleurs, du sucre et quelques agrumes dans un pot. Attendez 3 mois. A suivre…

Il y a un mois, on mangeait plutôt les jeunes feuilles. Maintenant plutôt les fleurs, mais aussi les feuilles en fait. Ensuite ce sera le tour des racines, qui sont délicieuses revenues à la poêle. En attendant, on récolte les graines :) C’est vraiment une plante qui donne tout !

Des pissenlits à foison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.