Not' vie

La fille aux poules

§ II. — De la fille de basse-cour
Dans les grandes fermes, si l’on veut tirer de l’éducation des volailles tout le profit possible, il faut leur donner un surveillant spécial. C’est une femme qu’on charge ordinairement de ce soin : il faut qu’elle soit douce, patiente, adroite et vigilante, qu’elle se fasse connaître et aimer de ses volailles, en venant souvent au milieu d’elles, en les caressant, en leur donnant à manger dans le creux de sa main une nourriture dont elles soient friandes, en protégeant les plus faibles contre les attaques des autres.

Maison rustique du XIXe siècle, Livre II, Chap XX, Section 1

Apparemment c’est moi ^^

(oui, l’une d’elles s’appelle Sputnik)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.