En théorie

Aigle ou mâle

Nous avons deux types de fougère ici, et il m’importait de pouvoir les identifier. De fait, il y a la fougère aigle et la fougère mâle. Voici quelques clés de comparaison pour les reconnaître. Notons que chaque « tige » s’appelle une fronde, composée d’un pétiole et d’un limbe.

La fougère aigle

Cette grande variété peut atteindre plus de 2m de haut. Sa fronde est composée de divisions primaires, secondaires et tertiaires. Les pennes se situent l’un en face de l’autre. Les pinnules sont bien individuelles, soudées directement à leur axe (sans qu’on ait l’impression qu’il y ait une tige qui relie les deux). Au verso de la feuille, les pinnules sont légèrement recourbées sur elles-mêmes, et c’est là qu’elles porteront les sporanges (qui contiennent les spores).

La fougère mâle

Plus menue, elle mesure plutôt 1m. La fronde ne porte que deux niveaux de division et les pennes sont implantés de façon alternée sur l’axe. Les pinnules sont aussi bien individualisées et soudées à leur axe. Au verso, elles portent leurs sporanges bien visibles, en petits cercles sur chaque pinnule.

Gardons en tête que les deux ont des actions similaires en PNPP, sauf concernant l’aspect fongicide. Par ailleurs, pour pailler les légumes contre le gel, mieux vaut utiliser l’aigle, car les spores de la mâle se déposent sur eux et c’est difficile à laver ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.