• Not' vie

    Elle est où la poulette ?

    Les poulettes sont arrivées ! A priori, il s’agirait d’hybrides, une rousse et deux harco. Je ne m’y connais pas encore bien en poulette, mais j’ai retenu qu’elles devraient dormir dans un endroit sécurisé, pondre dans un endroit douillet, avoir beaucoup de place pour elles, recevoir amour et attention car elles ne sont pas débiles, manger de la vraie nourriture et non nos déchets alimentaires, être plutôt au moins trois, être plutôt accompagnées d’un coq pour leur sécurité physique et psychologique. J’espère que dans les années à venir, on parviendra à un système auto-suffisant où les poulettes apportent de fumier qui sert à faire pousser des plantes qui servent à nourrir les poules, dans un cycle éternel et parfait.

    En attendant, elles ont été bien sages pendant le voyage, voire même carrément à l’aise, si bien qu’une d’elle a même pondu dans le carton de transport !

     

  • Not' vie

    Perce-fougère

    « Qu’importe des hivers la longue tyrannie !
    Disait un perce-neige, éclatant de blancheur ;
    Je brave l’aquilon, les nuits et leur fraîcheur. »
    Qui peut arrêter le génie ?


    (Charles Louis Mollevaut, 1776-1844, Cent fables, de quatre vers chacune, 1821)

  • Illustration,  Not' vie

    Pourquoi on s’en va – 3 : collapsologie

    On a découvert une nouvelle « discipline » nommée la collapsologie l’an dernier. Non, ça ne parle pas du tout de fin du monde. Par contre ça parle d’effondrement de pans entiers de civilisations, voire d’effondrement de civilisations. Et pas dans 10 000 ans ni même au siècle prochain : bientôt. Bientôt genre, on sera encore vivant. Quelque soit le niveau de crédit qu’on apporte à cette théorie (qui est étayée par des faits, rappelons-le), nous informer là-dessus nous a apporté plein de nouvelles connaissances. Et comme ce n’est pas une apocalypse, nous a aussi apporté plein de façon d’envisager le monde d’après :)

  • Illustration,  Not' vie

    Comment j’imagine ma serre – jour 3

    A force de tours et de détours sur la toile, je suis tombée sur la serre Walipini, une serre solaire passive, et enterrée ! Cette importation sud-américaine propose de bénéficier de tous les avantages de la serre passive, notamment dans l’emmagasinement et la restitution de la chaleur, mais également de profiter du fait que la terre a une température stable. La serre est donc enterrée de 2 mètres, idéalement. Et sa mise en place est très simple. Pas de tout repos, car il faut bien le creuser, ce trou… mais simple. Cette structure est adaptée pour les climats rudes.

    Du coup, je me disais qu’une serre semi enterrée, en plus d’être malin, ce serait joli, ça ne perturbe pas trop le paysage, ça ne crée pas de grande zone d’ombre derrière. A creuser !