• En action,  En théorie

    La phacélie c’est fuper

    phacélie

    La plupart du temps, pour son aspect mellifère/engrais vert/sympa/couvre sol, on utilise Phacelia tanacetifolia : la phacélie à feuilles de tanaisie. C’est sûr, les feuilles ont un petit air de famille. Je ne reviens pas sur les multiples vertus de la plante, mais j’ajouterais que déjà, elle sent bon. Ensuite, bien que ce soit une annuelle, elle produit une telle quantité de graines qu’on peut en récupérer des pelles, ce qui en fait un engrais vert facile à reproduire. Et elle est de culture vraiment facile. Bref, votez phacélie.

    La phacélie tient son nom du grec fakelos (faisceau, fagot) en référence à ses fleurs agencées en crosses en faisceau. En effet, on remarque que les inflorescences sont bien en forme de crosse, et que chaque fleur va fleurir au fur et à mesure en partant de l’intérieur, ce qui donne à la plante une floraison assez longue. D’ailleurs, cette inflorescence est dite scorpioïde, puisqu’elle rappelle tout à fait la queue du scorpion, comme chez le mignon myosotis.

  • En action,  En théorie

    Pensées noires..

    Les fleurettes aux belles couleurs, quel ravissement !

    Ces couleurs sont l’effet de pigments, regroupés en deux familles : les caroténoïdes et et les anthocyanes. Les premiers s’occupent des couleurs jaune/oranges et les seconds… de tout le reste, du blanc au rouge en passant par le bleu, sauf le vert, qui est réservé à la toute puissante chlorophylle. Ce qui est fou, c’est que ces pigments peuvent se lier à d’autres substances, comme des sels minéraux ou tanins, présentes sur place.

    Ce qui fait qu’un même pigment peut être soit rouge, soit bleu, selon son environnement. C’est ainsi que le coquelicot et le bleuet sont composés du même pigment, la cyanidine, qui est rouge. Simplement, sur le bleuet, la cyanidine est liée à d’autres éléments qui la rendent bleue.

    C’est aussi ce qui explique la métamorphose des Hortensias. Son pigment, la delphinidine, est normalement rouge. Quand on met de l’ardoise au pied, en fait ce n’est pas la couleur de l’ardoise qui « monte » dans la plante.. C’est que, dans un sol acide, la plante sécrète de l’acide citrique qui se lie à l’aluminium du sol. Ce petit mélange va ensuite migrer dans la plante jusqu’aux pétales, où la delphinidine réagit en absorbant la lumière différemment. Et bim c’est bleu. Donc on récapitule : il faut d’un côté un sol acide, de l’autre de l’aluminium (or l’ardoise contient pas mal d’alumine).

    Quant au noir, en fait, il n’est pas vraiment là. C’est juste une teinte très foncée d’une couleur. Mais ça le fait quand même.

    Pensée noire

    Soit dit en passant, j’ai semé ces graines de pensée le 06 septembre dernier, et il n’y a pas eu de levée visible dans les semaines suivantes. Du coup j’ai juste abandonné cette jardinière à son triste sort, dans la véranda aux températures très froides cet hiver. Et maintenant, surprise ! Donc.. ne jamais perdre espoir :D

    Sources

    John King, Le monde fabuleux des plantes, 2004, Editions Belin